Le 15 avril 1941, pendant l’Occupation, le Centre de formation professionnelle du spectacle est créé au 32 rue Eugène Flachat, dans le 17e arrondissement de Paris. Le 20 novembre de la même année, il est transformé en Centre de jeunesse du spectacle dans le cadre des centres de formation professionnelle institués par le gouvernement de Vichy. C’est alors une école préparatoire gratuite au Conservatoire national supérieur d’art dramatique (alors Conservatoire de musique et de déclamation), mais ouverte à d’autres disciplines, la décoration, l’écriture de pièces, la mise en scène ainsi qu’à des enseignements théoriques et pratiques. Ce Centre est dirigé par Raymond Rognoni, ancien pensionnaire de la Comédie-Française, chef de troupe, acteur et fondateur, en 1924, de l’École des enfants du spectacle, rue du Cardinal-Lemoine dans le 5e arrondissement de Paris.

    Par manque de place, l’Ecole déménage au 21 rue Blanche dans le 9e arrondissement, dans un hôtel particulier à l’abandon construit, vers 1900 : l’hôtel particulier de Paul de Choudens, musicien et éditeur de musique. Il est signé de Charles Girault, l’architecte du Petit Palais, et construit dans un merveilleux style rococo. En septembre 1944, le Centre, sous tutelle de l’Enseignement technique rattaché au ministère de la Jeunesse et des Sports, passe sous la direction artistique de Jean Meyer.

    La “Rue Blanche” fut la seule école française pendant des décennies à former à tous les métiers du spectacle. L’Ensatt est toujours en lien avec les ancien-ne-s, stars consacré-e-s, ou les femmes et hommes de spectacle moins médiatisés mais indispensables pour favoriser les réseaux d’aide à l’emploi.

    En juin 1969, le centre d’apprentissage d’art dramatique est transformé en lycée technique avec l’appellation d’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, L’E.N.S.A.T.T. En mars 1970, Pierre Roudy, époux d’Yvette Roudy, ancien Ministre des droits de la femme, agrégé d’anglais et auteur dramatique, est nommé proviseur du nouveau lycée technique, Jean Meyer, restant directeur artistique, devient le responsable adjoint.

    En septembre 1991, Patrick Bourgeois succède à Pierre Roudy. À la suite de revendications, grèves et révoltes d’élèves, l’ENSATT passe, en mars 1993, sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur.

    L’Ecole déménage à Lyon en septembre 1997, au 4, rue Sœur-Bouvier, dans un bâtiment neuf. Les 150 étudiants de l’E.N.S.A.T.T. bénéficient depuis plus de vingt ans d’une école ultramoderne, sur trois niveaux organisés autour de deux espaces de jeu de 220 mètres carrés chacun et d’un amphithéâtre en plein air de 300 places. Labo vidéo, régies son et lumière, atelier de scénographie, salle de danse.

    La machinerie se veut à la hauteur de l’ambition pédagogique d’une institution qui enseigne tous les métiers du théâtre. Coût global de l’ouvrage construit par le cabinet parisien Archi-Tecture : 52 millions de francs (près de 8 millions d’euros), dont 40% pris en charge par les collectivités locales de la région lyonnaise. Ce soutien financier a joué en faveur du choix lyonnais.

    Les concours d’entrée ont toujours été difficiles pour les postulants mais chaque année aujourd’hui, quelque 1 000 candidats postulent sur concours à l’Ensatt : les prérequis sont exigeants pour toutes les sections et les sélections se font toutes sous forme de concours. Ces sélections sont un gage de rigueur dans des domaines où les débouchés sont souvent difficiles.

Seulement 62 étudiants seront admis en 2019 pour 9 sections :

Acteur   12 places                           

Administrateur du spectacle vivant             9 places

Costumier option coupeur           7 places

Costumier option Réalisation et régie de production     7 places

Concepteur costume                    6 places

Concepteur son                         6 places

Concepteur lumière                     6 places

Metteur en scène                         3 places

Scénographe                             6 places

    Thierry Pariente prend ses fonctions de directeur de l’E.N.S.A.T.T. le 28 août 2009. Il est nommé pour un second mandat de trois ans à compter du 28 août 2012 puis pour un troisième à compter du 3 août 2015. Laurent Gutmann, nommé par arrêté du 14 août 2018 lui succède. C’est un metteur en scène de théâtre français formé à l’École de Chaillot dirigée par Antoine Vitez.